Création de figurines en pâte polymère



Au coeur du mois d'Août, j'ai eu la surprise d'avoir une commande de figurines. C'était un vrai défi mais si rafraîchissant de changer de technique !

Un défi car j'ai très peu l'occasion de sculpter... malgré l'affinité que j'ai pour le modelage ! En effet, je priorise plutôt les techniques 2D qui font vivre mon entreprise.





Il y a quelque chose de magique dans le fait de sculpter. Dans le même esprit que construire une cabane : mettre les mains dans la terre, la travailler et en sortir une forme me fait revenir à l'enfance... Mon cerveau se met en pause et ne reste plus que l'intention de créer, pure et captivante.


Cet été, j'ai donc pris ma tournette et mes ébauchoirs, et je me suis attelée à cette commande.


Dans le cadre du Plan Climat et à la demande du Ministère de la Transition Ecologique, la Fédération des Conservatoires d'Espaces Naturels et son partenaire Chauve Qui Peut (association de protection des chauves-souris dans le Cher) ont crée une exposition pour sensibiliser et informer sur la prise en compte des chauves souris lors des opérations d'isolation des bâtiments. Nous avons été sollicités, Faune Conservation et moi, pour réaliser un gîte de démonstration sur mesure avec figurines à taille réelle afin de donner aux exposants un appui visuel à leurs explications.

Florent de Faune Conservation a fait un superbe travail sur le gîte que vous verrez ici




Les figurines sont réalisées en pâte polymère SuperSculpey, une pâte que j'utilisais lors de mes années d'études en cinéma d'animation. Outre le fait qu'elle ne sèche pas, cette pâte à modeler est très agréable à manipuler et la meilleure, à ma connaissance, pour la sculpture de minutieux détails...



Making of


(Toutes mes excuses pour les photos de mauvaise qualité du making of, ce sont des photos rescapées du crash de mon téléphone, retrouvées sur mes story Instagram... les autres de meilleurs qualités ce sont évaporées avec les restes de la machine. )


Etape 1 : Je commence par croquer la silhouette de la figurine, histoire de savoir où je vais. Si la pose de la chauve souris avait été plus compliquée, j'aurais fait des croquis à l'échelle sous différents angles afin de mieux appréhender la figurine en volume. Ici, pas nécessaire, la pause est symétrique et avec plus d'un appui au sol.




Etape 2 : Je m'arme de fil de fer et je me sers du croquis pour assembler un similisquelette de la figurine (ici, j'ai également attaché une pièce de bois au niveau du ventre de la chauve souris pour faciliter la fixation sur le gîte, une fois la sculpture finie). Avec du papier d'aluminium de récup' et du scotch de peintre, je densifie les parties plus épaisses de l'anatomie (le crâne, le torse).


Cette étape est nécessaire pour poser les bases d'une sculpture anatomiquement correct ou du moins autant que possible. Le fil de fer permet également de changer la pose du personnage à volonté !





Etape 3 : Je peux enfin sortir ma pâte polymère et commencer à sculpter les premiers volumes ! A ce moment, je pense "forme générale". Je pose de la pâte sur le squelette, je la modèle, je recoupe et j'ajuste... puis je recommence. Il faut penser maintenant aux arrêtes et aux arrondis, à l'accroche de la lumière : à certains endroit je veux une sculpture anguleuse pour des ombres plus marquées, à d'autres endroits je veux une surface arrondie pour que la lumière glisse dessus... C'est comme en dessin, les contrastes sont forts où l'on veut que le regard se porte.




Etape 4 : Une fois satisfaite avec les volumes et la silhouette générale, je m'attaque aux détails : je donne de la vie au regard et du réalisme aux texture. La limite de détails est dictée par la taille de la sculpture ou, pour moi à ce moment là, la précision des outils de sculptures...






Etape 5 : la cuisson.

Voici une étape délicate. Il faut manipuler avec soin la sculpture encore maléable et la déposer dans une casserole d'eau bouillante.

Les instructions de cuisson pour la pâte SuperSculpey parlent de cuisson au four mais je préfère une cuisson à l'eau bouillante.





J'ai toujours eu moins de casse en plongeant ma sculpture dans l'eau qu'en la passant au four... Il faut juste faire très attention à ce que les remous de l'eau ne maltraitent pas trop la figurine.

5 min suffisent pour une petite sculpture, surtout si le squelette a été bien construit et que, par conséquent, la couche de pâte n'est pas trop épaisse.

Pour cette chauve souris, j'avais beaucoup de petits détails comme les doigts ou les pouces des avant bras qui risquaient de se casser si l'eau bougeait trop... J'ai donc décidé de garder une eau frémissante, à la limite de bouillir, et de faire cuire la pâte plus longtemps.





Etape 6 : la peinture

Une fois la sculpture refroidie et sèche, je la brosse légèrement pour enlever les résidus cuits de pâte (pour les surfaces lisses, un petit coup de ponçage avec un papier de verre grains 320) puis je passe à la peinture.




Une peinture acrylique de base suffit, mais une peinture acrylique spéciale figurine aura plus de pigments et couvrira plus qu'une peinture ordinaire. Cela vous permettra aussi de ne pas "boucher" certains détails avec l'épaisseur de la peinture...


Une fois les différentes couches posées, je bombe la sculpture avec un vernis mat. C'est très important car la peinture donnera un effet brillant et plastique à la sculpture. Pour lui redonner un aspect réaliste il est donc important de matifier la surface.

Et pour finir, j'utilise un vernis brillant pour les yeux et le bout du nez !



Et voilà une jolie noctule commune et une mignonne pipistrelle !




J'espère que ce petit article technique vous a plu et qu'il a pu éclairer les débutants sur les étapes de création d'une figurine en pâte polymère !

Pour les experts, n'hésitez pas à me corriger ou à me donner vos astuces à vous... J'apprends encore :)


Pour plus d'infos concernant l'exposition et les actions qui l'entourent, je vous renvoie à l'article beaucoup plus technique de Faune Conservation !







91 views0 comments

Recent Posts

See All